Publié : 17 avril 2013

Education à la sexualité et SVT : féminin masculin en classe de 1ère

Vers une éducation à la sexualité refondée : l’exemple des SVT en classe de 1ère

Vers une éducation à la sexualité refondée : l’exemple des SVT en classe de 1ère

Le document de synthèse est téléchargeable en bas de page

La "Convention régionale 2013-2018 en faveur de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif" insiste sur la nécessité de développer une réelle culture de l’égalité, notamment par l’intégration de cette thématique dans les programmes éducatifs.
Depuis plusieurs années, le Rectorat de Rouen s’est activement engagé à favoriser la déconstruction des stéréotypes liés aux rôles sociaux de sexe, notamment par la formation et l’accompagnement des personnels qui interviennent auprès des élèves sur les questions de genre. Ces actions peuvent porter sur l’acquisition de connaissances, la compréhension de processus ou encore l’utilisation de ressources pédagogiques.
Les programmes de SVT en classe de Premières L et ES (BO spécial n°9 du 30.09.2010) et leur traduction dans les manuels scolaires publiés en 2011 ont conduit à aborder directement avec les élèves les questions du genre et de la construction sociale du féminin et du masculin.
-  L’approche pédagogique est modifiée : à partir d’une problématique contemporaine complexe, il s’agit d’inciter les élèves à identifier la contribution des sciences à sa compréhension et à sa mise en résolution. Ce changement d’angle est d’autant plus manifeste pour les séries L et ES dans lesquelles ces problématiques sont largement inscrites dans des dimensions sociales.
-  Dans les chapitres consacrés au corps humain et à la santé, il est explicitement question de la construction de l’identité sexuelle et de distinction de l’orientation sexuelle.
-  Plusieurs manuels scolaires, notamment en L et ES, ont consacré une place significative à ces aspects, avec notamment des références implicites ou non au concept de genre issu des sciences sociales.
Par ailleurs, Lors des animations réalisées auprès des enseignant-es à propos des nouveaux programmes, les IA-IPR de SVT ont noté les interrogations de collègues sur plusieurs points :
­ Leur manque de familiarité avec l’approche sociale de la sexualité et de la procréation, qui ne fait pas partie de leur domaine de spécialité et à propos de laquelle ils n’ont pas reçu de formation.
­ Certains contenus touchent directement des stéréotypes parfois très ancrés, et pourront être difficiles à comprendre, voire apparaître comme inquiétants ou faire l’objet de propos sexistes.
­ Les aspects liés à l’identité et l’orientation sexuelles rencontreront probablement des interrogations personnelles chez certains élèves qui n’oseront ou ne pourront pas nécessairement les exprimer en classe, face auxquelles l’enseignant pourra hésiter quant à la manière d’y répondre ou bien ne saura vers qui orienter les élèves en demande.

Le groupe de travail académique "SVT et genre"
Dans ce contexte, avec le soutien l’Inspection générale de SVT, un groupe de travail académique a été mis en place, réunissant des enseignant-es de différentes disciplines et des personnels de santé. Il était co-animé par M. Yves Peuziat, IA-IPR de SVT, Mme Fabienne Cisterne, infirmière CTR, et M. Hugues Demoulin, chargé de mission « égalité et genre » au rectorat
Ses objectifs :
-  Identifier, rassembler et structurer les connaissances nécessaires aux enseignant-es de SVT pour comprendre et se familiariser avec la dimension sociale du masculin et du féminin.
-  A la lumière des travaux en Sciences de l’éducation, recenser et diffuser des approches pédagogiques pertinentes à partir des réalisations des enseignant-es et compte-tenu des questions des élèves.
-  Identifier les domaines de compétence et les modalités d’intervention d’autres acteurs de ou en dehors de l’établissement intervenant sur les mêmes champs (infirmier-e, assistant-e social-e, enseignant-e d’autres disciplines, associations…) et définir les aspects sur lesquels une coordination peut être souhaitable et pertinente, ainsi que les conditions de sa mise en œuvre.

Suite à l’audition de spécialistes (sexologue, sociologue, didacticienne, sage-femme, conceptrice de formations sur le genre, équipe éducative...), un document de synthèse a été réalisé. Il est téléchargeable à partir de cette page.

Documents joints